Monnaies locales et Ardoise : principes de base

Existe-t-il d’autres monnaies locales et complémentaires ?

Bien sûr ! Il y a des milliers de monnaies locales dans le monde.

Rien qu’à Bruxelles et en Wallonie, il y a déjà 10 monnaies locales en circulation. Les plus connues, et plus proches de nous, sont l’Epi Lorrain en Gaume et pays d’Arlon ; le Volti dans la région de Rochefort-Ciney. Vous pouvez visualiser la carte des monnaies locales sur le site de Financité en cliquant ici (https://www.financite.be/fr/article/monnaies-citoyennes)

Les monnaies locales complémentaires sont-elles une invention récente ?

Les premières expériences remontent aux années 1930, dans le contexte de la « grande crise ». Mais dès 1919, en Allemagne, une association « franchiste » avait émis un « billet d’échange ». Celui-ci avait pour but de l’instauration d’une « économie libre ». Cette monnaie a été employée en 1930 pour relancer l’économie d’une petite commune (Schwannenkirchen) où régnait une misère noire.

D’autres « miracles monétaires » dans cette décennie sont basés sur l’émission et l’utilisation d’une monnaie locale.

Les contextes changent, mais les principes de fonctionnement sont toujours les mêmes :

  • mettre la communauté qui utilise la monnaie locale à l’abri des problèmes engendrés par la spéculation financière ;
  • relancer l’activité locale, ce qui passe par le retour de la confiance de la communauté en elle-même ;
  • rendre à la monnaie son rôle de base, à savoir l’échange de services et de biens, et non l’épargne et la spéculation.

N’est-ce pas un retour vers un passé protectionniste ?

Le protectionnisme est un outil qui a toujours été utilisé par les Etats, de façon variable selon les époques. Malgré sa diabolisation par les théories néolibérales au nom du combat contre l’interventionnisme de l’Etat et pour la dérégulation des marchés, cela reste vrai actuellement. On notera son retour en force dans la politique commerciale des USA, « temple » du néolibéralisme.

L’objectif des monnaies locales est de soutenir les producteur locaux en donnant la préférence à leurs produits par rapport à ceux qu’il faut importer, aux distributeurs locaux par rapport à la grande distribution. On peut qualifier cette démarche de protectionniste, mais est-il illégitime de se protéger quand votre existence est en danger ?

Comment la monnaie fait-elle pour relocaliser ?

Par son principe même, une monnaie locale ne s’utilise que sur un territoire donné. Le commerçant qui est payé en Ardoises les utilisera également pour ses propres achats. Cela l’incitera à se fournir auprès de producteurs locaux et ainsi de suite. La monnaie locale a donc vocation à alimenter une boucle économique locale.

En quoi l’utilisation de l’Ardoise est-elle une démarche citoyenne ?

Lien social

Les monnaies locales sont, dans leur vaste majorité, des initiatives de citoyens en faveur des autres citoyens. Ceux qui les utilisent se reconnaissent, se savent animés des mêmes ambitions pour leur communauté, se sentent en connivence. Les monnaies locales créent du lien social.

Commerces locaux

Il suffit de se promener dans les rues jadis commerçantes de nos villes et villages pour comprendre que les détaillants souffrent, voire meurent, de la concurrence des grandes chaînes de distribution.

Ceci est encore plus marqué lorsque les zones commerciales sont délibérément parquées en dehors des agglomérations. En effet, cela a pour résultat de détourner physiquement les acheteurs des commerces du centre.

Le but très clair des monnaies locales est de limiter ce phénomène en favorisant les commerçants locaux.

Producteurs locaux

Les producteurs sont également en grandes difficulté. La même grande distribution leur impose des prix de vente de leurs produits inférieurs à leur prix de revient. Pour ce faire, ils les mettent en concurrence avec des producteurs parfois très lointains dont les pratiques en termes de respect de leurs travailleurs, des normes sociales et environnementales ne respectent pas les mêmes règles et contraintes que les locaux.

Il s’agit donc de leur rendre la place qu’ils méritent et un niveau de vie décent, voire tout simplement d’éviter qu’ils disparaissent totalement.

Éthique

Les commerçants et producteurs participants s’engagent à respecter la charte qui leur est proposée. Au besoin, nous avons, en tant que consommateurs, la possibilité de vérifier que cette charte est respectée en pratique.

Si un producteur a adhéré en sachant que, dans un premier temps il aura du mal à respecter totalement les valeurs de la charte, la communauté peu l’accompagner dans ses progrès.

Par l’utilisation de la monnaie locale, des citoyens viennent au secours d’autres citoyens en se garantissant l’accès à des produits de qualité.

Économie durable

Acheter local a un évident effet sur l’environnement : le coût écologique du transport (souvent réfrigéré) des aliments est énorme.

Nous vivons actuellement une situation d’urgence écologique. En favorisant les circuits courts, nous contribuons à préserver (peut-être) nos enfants de la catastrophe qui s’annonce et, sinon, à mettre en place les moyens qui leur permettrons d’y survivre.

Consommateur responsable

Entre la fin des années 70 et 2016, la part de l’alimentation dans le budget des ménages belges est passée de 17.6% à 13.4%.Cette évolution est encore plus nette en France : 34.6% en 1960 et 20.4% en 2014.

En tant que consommateurs nous devons être bien conscients de ce que chaque chose a un prix, et qu’en exigeant des prix d’achats toujours plus bas, sans rapport avec le prix de production des biens, nous nous faisons les complices de la destruction de l’activité économique locale.

Parole de sage

On attribue à un sage indien le proverbe suivant : « Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas ».

Ajoutons : les smartphones et les écrans plats non plus. Pour des consommateurs proches des producteurs, l’activité de ceux-ci devient moins abstraite et cela peut les aider à revoir leurs priorités.

L'ardoise est-elle légale ?

Parfaitement, à condition de bien préciser qu’il ne s’agit pas véritablement d’une « monnaie ». En effet, seuls les Etats ont le droit de battre monnaie; Dans la pratique actuelle, ce sont majoritairement les banques privées qui créent la monnaie. Notre Ardoise, comme les autres, porte donc le titre officiel de « bon de soutien à l’économie locale ».

Est-ce que l'ardoise est juste une carte de fidélité ?

Clairement non. La carte de fidélité est un outil utilisé par certains commerces pour fidéliser les clients. Plus ils font d’achats dans un même commerce, plus ils accumulent des « points » qui, au-delà d’un certain montant, leur donnent droit à un avantage. Le principe de base est donc la thésaurisation, ou accumulation.

Une monnaie locale fonctionne sur le principe inverse : éviter la thésaurisation et favoriser la circulation, la plus large et rapide possible. L’objectif est de stimuler au mieux l’activité économique locale.

Quels sont les objectifs de l'Ardoise ?

Les objectifs et impacts d’une monnaie locale citoyenne sont multiples.

Favoriser les commerces locaux

L’objectif le plus immédiat est donc d’inciter les consommateurs à favoriser les commerçants et prestataires locaux et de la sorte à renforcer les circuits courts, la cohésion sociale et le tissu économique régional.

Responsabiliser le consommateur

Une monnaie locale est aussi symbolique et invite à la réflexion et la prise de conscience du pouvoir du consommateur en matière d’économie, de solidarité et d’environnement. Notre façon de faire nos courses peut avoir un impact bien plus important qu’un bulletin de vote dans une urne, et c’est notre quotidien.

Une monnaie au service du citoyen

À une plus large échelle, en rassemblant et en mutualisant les forces des différentes monnaies locales, il s’agit de se réapproprier l’outil monétaire. L’Ardoise est une monnaie non spéculative au service des citoyens.

J’aimerais en savoir un peu plus sur les monnaies complémentaires. Pouvez-vous me proposer de la documentation à ce propos ?

Vous pouvez vous rendre sur le site de Financité, une asbl qui accompagne les groupes de citoyens désireux de lancer une monnaie citoyenne. Ils ont notamment publié un guide des monnaies citoyennes, disponible sur le site.

En outre, Financité a réalisé plusieurs études sur le sujet pour le compte de la Région Wallonne, de la Région de Bruxelles-Capitale et de la Coopération suisse au développement.

Il existe des livres sur le sujet, par exemple :

  • Philippe Derudder : Monnaies locales, complémentaires et citoyennes.
    Ed Yves Michel (ISBN 978-2-36429-107-2)
    André Peters : de la dictature financière à la démocratie monétaire
  • Ed l’Harmattan (ISBN : 978-2-343-09368-0)
  • J Harribey, E Jeffers, J Marie, D Plihon, JF Ponsot : La monnaie, un enjeu politique
    Ed du Seuil (ISBN 978-2-7578-7053-2)

Monnaies locales / Ardoise et Euro

Pourquoi utiliser des Ardoises plutôt que des Euros, alors que je vais déjà dans des commerces éthiques et de circuits courts ?

Si vous favorisez les commerces éthiques et les circuits court, vous en avez compris l’importance. Votre comportement individuel est très important, mais il serait préférable que vous soyez rejoint(e) dans votre démarche par un maximum d’autres personnes.

En utilisant l’Ardoise plutôt que l’Euro, vous incitez le partenaire à se fournir également chez des prestataires locaux. Plus il y aura de transactions en Ardoises, plus les personnes qui étaient restées à l’écart jusque-là seront susceptibles de s’y intéresser et d’y venir en se sentant sécurisées.

La préférence que vous donnez aux circuits courts fait de vous un(e) pionnièr(e) ; le faire en Ardoises augmentera l’efficacité de votre démarche.

Quelles différences avec l’euro ? Est-ce que l'Ardoise a pour vocation de remplacer l’euro ?

L’Euro a été créé pour faciliter les échanges entre des pays dont les économies étaient de plus en plus interdépendantes, ce que le manque de stabilité des monnaies nationales rendait difficiles.

Les monnaies locales ont, au contraire, vocation à être utilisées sur un territoire limité même s’il est parfois très large. Euro et monnaies locales sont donc complémentaires (on parle de « monnaies locales, citoyennes et complémentaires »).

Pourquoi utiliser l'Ardoise plutôt que l’euro ?

La richesse mondiale a augmenté depuis la crise de 2008, mais seuls les actifs financiers (actions, obligations…) ont sensiblement progressé. À titre d’exemple, la France compte actuellement 100 milliardaires, soit 3 fois plus qu’il y a10 ans. La fortune des 500 Français les plus riches a progressé de 13% en un an et, sur une base mondiale, celle de milliardaires a progressé de 762 milliards de dollars entre mars 2016 et mars 2017.

La spéculation financière a donc pris le pas sur « l’économie réelle ». C’est l’économie réelle qui nous fait vivre et c’est elle qu’il faut défendre. En utilisant une monnaie locale, on capte la somme équivalente en Euros, qui ne peut donc être « aspirée » par la spéculation. L’Ardoise est tout entière consacrée à faire tourner l’économie locale.

Ajoutons que les Euros, contre lesquels des Ardoises sont délivrées, sont placés à la banque Triodos. Cette banque a été choisie car elle ne soutient financièrement que des projets parfaitement en accord avec leurs valeurs. C’est à dire les activités selon lesquelles l’activité économique peut et doit avoir un impact positif sur la société, l’environnement et la culture.  Pour s’assurer de cela, Triodos effectue des enquêtes minutieuses. Votre argent sera donc doublement actif, doublement bénéfique.

Risques / avantages

Quels sont les risques financiers ?

Aucun.

Les particuliers, pour acquérir des Ardoises, déposent dans un bureau de change la somme équivalente en Euros (1A = 1€). Ces Euros sont déposés sur un compte spécifique à la Banque Triodos. Le but étant que toutes les Ardoises circulent entre les particuliers et les prestataires.

Imaginons, ce qui ne s’est évidemment jamais produit, que tous les prestataires décident au même moment de ne plus accepter l’Ardoise. Cela signifierait la fin de l’expérience et, avant de se dissoudre, l’asbl L’Ardoise-monnaie locale échangerait les Ardoises contre les € en réserve.

Les partenaires n’auront pas à acquérir des Ardoises, car elles leur seront apportées par leurs clients. Le principe de fonctionnement d’une monnaie locale est que les partenaires l’utilisent également auprès de leurs fournisseurs. Ce qui peut évidemment poser problème si ces fournisseurs ne se trouvent pas dans la zone Ardoise. La meilleure attitude consisterait évidemment à choisir des fournisseurs dans cette zone, ce qui serait totalement dans l’esprit de cette action. Si ce n’est pas possible, le risque d’accumulation ingérable est faible. En moyenne, l’utilisation des monnaies locales ne dépasse pas 10-15% des achats et chacun est libre de fixer une limite acceptable pour lui. Beaucoup de partenaires, qu’ils soient indépendants (personne physique ou société), se versent une partie de leur salaire en monnaie locale. Ils l’ utilisent alors pour leurs achats quotidiens. En tout dernier recours, ils pourront échanger leur excédent contre des € auprès de l’asbl.

Et en cas de crise bancaire encore plus grave qu’en 2008 ?

Rappelons que les € qui garantissent les Ardoises sont déposés sur un compte de la banque Triodos. Le risque que cette banque détienne des « avoir toxiques » qui ont été à l’origine de la crise de 2008 est nul (https://www.triodos.be/fr/la-banque-triodos/). Cette banque serait donc beaucoup moins affectées que d’autres par une telle crise.
Bien sûr, si tout le système s’effondre, même Triodos ne pourra pas résister, mais les Ardoises existeront toujours et pourront avoir un rôle majeur.

Exemple

Des exemples de telles situations existent : pendant la crise de 1929 (voir réponse à la question « Les monnaies locales complémentaires sont-elles une invention récente ? »). Plus près de nous, en Grèce, au plus fort de la crise, des citoyens ont créé des monnaies locales qui leur ont permis de faire fonctionner l’économie locale et de survivre (exemple : www.youtube.com/watch?v=fcRQxXy-1FY; http://moneytalk.levif.be/finance-et-bourse/epargne/quelles-sont-les-alternatives-de-paiement-a-la-monnaie/article-normal-414039.html)

Est-ce que l’entrée dans le réseau de l'ardoise peut augmenter mon chiffre d’affaires ? Quels avantages puis-je en attendre ?

En tant que partenaire vous serez reconnu et mis en avant comme prestataire local et responsable. Les utilisateurs consommateurs de l’Ardoise iront de préférence chez les partenaires adhérents.

Vous bénéficierez de tout le travail de promotion réalisé par l’asbl, tant de proximité que sur internet (site internet, réseaux sociaux…). Chaque billet sera un outil de promotion grâce au QR code renseignant la liste à jour de tous les partenaires.

L’Ardoise est une opportunité et offre une visibilité complémentaire. Des clients découvriront peut-être votre activité par le biais de l’Ardoise…

Est-ce que l'Ardoise va augmenter mon pouvoir d’achat ?

Sur le court terme, vous pourrez dans certains cas profiter de réductions et promotions réservées aux payements en Ardoise.

Sur le moyen et long terme, si l’économie locale est renforcée, tout le monde sera gagnant.

Quelles sont les garanties que les billets ne seront pas falsifiés ?

Les billets de l’Ardoise seront sécurisés par une pastille brillante de type hologramme non reproductible par photocopie.

Le côté « local » de la monnaie est en outre peu intéressant pour un faussaire.

Le risque est donc très limité et, à notre connaissance, aucune fraude n’a à l’heure actuelle été détectée pour les autres monnaies locales.

Y a-t-il un risque que mes Ardoises n’aient un jour plus aucune valeur ?

Aucun risque. Chaque Ardoise en circulation est garantie par son équivalent en Euro déposé sur le compte d’épargne de l’asbl ouvert à la banque éthique Triodos. Si l’Ardoise rencontrait des problèmes et que l’asbl était dissoute, vous pourriez récupérer la valeur de vos Ardoises en Euros. A l’inverse, si l’euro venait à connaître une forte dévaluation, vous aurez toujours vos Ardoises locales. Voir aussi la réponse à la question « Quels sont les risques financiers ? »

Aspects pratiques

Comment dois-je faire pour la TVA, la comptabilité, les impôts ?

L’Ardoise est équivalente à l’euro et est officiellement comptabilisée comme si vous n’aviez que des Euros. Cela ne change rien pour vous et tout est transparent.

Il n’est pas nécessaire de mettre en place une caisse spécifique.

À la différence des euros, les Ardoises ne peuvent pas être mises sur un compte en banque. L’Ardoise, comme toutes les monnaies locales, a pour vocation de circuler et de vous permettre de payer vos fournisseurs locaux et de faire vos achats localement.

L’administration fiscale (TVA et impôts) a connaissance des Ardoises en circulation et les comptabilisera comme des euros en cas de contrôle.

Qu’est-ce que je fais des Ardoises que je reçois de mes clients ? Et si j’ai trop d'Ardoises en caisse ?

L’Ardoise est une monnaie qui a pour vocation de circuler et de soutenir l’économie locale, utilisez- la sans modération !

  • Pour rendre la monnaie à vos clients, même sur des euros s’ils sont d’accords. Cela leur évitera peut-être de passer à un comptoir de change.

  • Pour payer vos fournisseurs locaux s’ils l’acceptent déjà, sinon ce sera l’occasion de leur proposer de se joindre au réseau. C’est peut-être aussi le moment de penser à relocaliser certains de vos approvisionnements, en privilégiant les fournisseurs de la région qui adhèrent au réseau.

  • Pour tous vos achats personnels et soutenir vos collègues locaux. Nous sommes tous solidaires, ne l’oublions plus ! Beaucoup de partenaires, qu’ils soient indépendants en personne physique ou en société, se versent une partie de leur salaire en monnaie locale, qu’ils utilisent alors pour leurs achats quotidiens

Le risque d’accumulation ingérable est faible :

  • en moyenne, l’utilisation des monnaies locales ne dépasse pas 10-15% des achats
  • chacun est libre de fixer une limite acceptable pour lui.
    En tout dernier recours, vous pourrez échanger votre excédent contre des € auprès de l’asbl.

Est-ce que l'Ardoise existera en version électronique ?

Le paiement électronique est actuellement testé par d’autres monnaies locales, dont l’Epi Lorrain en Gaume et pays d’Arlon. A l’issue de ces tests, nous évaluerons la possibilité de l’utiliser avec L’Ardoise.

Que deviennent les Euros que j’ai échangés en Ardoises ?

Les euros sont placés sur un compte à la Banque Triodos.
Voir aussi la réponse à la question « Quels sont les risques financiers ? »

Les Ardoises sont-elles convertibles en euros ?

Pas par les particuliers, puisque l’idée est de les consacrer à l’économie locale. Il peut arriver qu’un commerçant ou un producteur ait accumulé trop d’Ardoises, parce que ses fournisseurs ne sont pas dans la zone concernée. Bien à regret, mais on ne peut accepter qu’il soit lésé du fait de son engagement, on lui échangera des Ardoises contre des Euros.

Que vaut 1 Ardoise ?

Comme c’est le cas pour les autres monnaies locales, 1 Ardoise = 1 Euro

Quelles sont les coupures disponibles ?

Nous proposons 5 billets : 1 ,2, 5,10, 20 A

Comme c’est le cas pour les autres monnaies locales, 1 Ardoise = 1 Euro

Où puis-je me procurer des Ardoises ?

Certains partenaires sont également comptoir de change. Vous trouverez la liste mise à jour des comptoirs de change sur le site internet de l’Ardoise www.monnaie-ardoise.be/comptoirs;

Une liste « papier » sera également disponible chez tous les commerçants/prestataires partenaires de l’Ardoise.

Vous pouvez aussi payer en euros et demander que la différence vous soit rendue en Ardoise. C’est déjà un début.

Puis-je acheter n’importe où et n’importe quoi avec des Ardoises ?

Non, vous ne pouvez payer en Ardoise qu’auprès des commerçants/prestataires qui ont rejoint le réseau et accepté la charte éthique de l’Ardoise.

Les partenaires de l’Ardoise seront reconnaissables grâce à un autocollant apposé sur leur vitrine ou porte d’entrée, du genre « Ici on accepte l’Ardoise, notre monnaie locale ».

Vous trouverez la liste des partenaires mise à jour sur le site internet à la page www.monnaie-ardoise/partenaires.

Un accès rapide est prévu via le QR code qui se trouve sur chaque billet.
Une liste « papier » sera également disponible chez tous les commerçants/prestataires partenaires de l’Ardoise.

Vous pouvez aussi consulter la charte et les engagements pris par ces partenaires en suivant ce chemin www.monnaie-ardoise.be/charte.

Si je dois payer 9,75 € à la caisse, comment cela va-t-il se passer ?

Vous n’êtes pas obligé de payer tout le montant en Ardoise. Vous pouvez, par exemple, donner un billet de 5 Ardoises, quatre billets de 1 Ardoise et 75 centimes d’euros. Toutes les combinaisons sont possibles !

Acteurs – Rôle des citoyens

Qui gère l'Ardoise ?

L’Ardoise est gérée par l’asbl « L’Ardoise monnaie locale ». Vous pouvez consulter les statuts sur le site de l’Ardoise : http://www.monnaie-ardoise.be/

La mise en pratique de la monnaie locale nécessite toute une structure et des mouvements entre l’asbl, les ambassadeurs, les comptoirs de changes, les commerçants ou prestataires partenaires et évidemment les consommateurs locaux. Tout le monde est concerné. N’hésitez pas à nous contacter, toutes les aides sont utiles.

Quels sont les autres acteurs impliqués dans la démarche de l'Ardoise ?

L’Ardoise est un projet régional lancé et soutenu par des citoyens. Le réseau de l’Ardoise s’appuie sur des partenariats avec les commerçants et prestataires locaux. L’Ardoise, comme toutes les autres monnaies locales wallonnes et bruxelloises, est affiliée à Financité. Le réseau Financité accompagne et apporte un soutien humain, matériel et financier aux groupes citoyens responsables qui agissent pour changer la finance.

Les pouvoirs publics sont-ils impliqués dans la démarche ?

Les monnaies locales sont des initiatives citoyennes. Cela implique que la participation des pouvoirs publics n’est pas nécessaire, mais elle n’est pas interdite non plus. Certains pouvoirs communaux ignorent totalement ces initiatives, d’autres sont partie prenante dès la conception du projet. Le plus souvent, elles laissent faire les citoyens en leur apportant le soutien qu’ils demandent.

En province de Luxembourg, il existe un réel intérêt des politiques pour les actions de transition, dont les monnaies locales sont une des composantes. PEP’s Lux, une initiative de la Province visant à devenir une Province à Energie Positive, à laquelle IDELUX participe en programmant pour 2018 l’ouverture de 3 stations à gaz naturel comprimé (GNC), soutient des initiatives citoyennes.

Ai-je mon mot à dire ?

Par définition, une initiative citoyenne donne la parole aux citoyens. Dans vos contacts avec les membres de l’asbl vos retours d’expérience seront évidemment pris en compte. Cependant, le plus sûr moyen de vous exprimer efficacement est de devenir membre de l’asbl et, surtout, de participer aux assemblées générales au cours desquelles les orientations futures seront mises au vote.

Dois-je adhérer à l’asbl « l'ardoise monnaie locale » ? Puis-je le faire ?

En tant que citoyen, il n’y a aucune obligation d’adhérer à l’asbl, mais vous pouvez le faire si vous souhaitez prendre part aux décisions de l’Assemblée générale ou simplement soutenir moralement et financièrement le projet. La cotisation annuelle s’élève à 5 € et est à verser sur le compte BE14 5230 8087 9483 de l’asbl avec en communication « cotisation + votre nom et prénom ». Votre cotisation permettra aussi à l’asbl de faire face aux frais récurrents comme les assurances, les frais de parutions au moniteur, l’hébergement du site internet et autres frais administratifs…

Un grand merci d’avance, nous avons besoin de votre soutien !

En tant que partenaire, l’adhésion est libre et consciente. Les partenaires payent la cotisation de 5,00 euros et versent le montant de leur choix pour l’adhésion. Nous vous demandons de bien détailler et distinguer les montants de la cotisation et de l’adhésion.